Archives du mot-clé console

I have nothing to play

Quand j’étais petit, c’est ma mère qui nous achetait, à mon frère et moi, nos jeux vidéo. A l’époque, nous n’avions qu’un jeu à la fois. Tout au mieux, deux en même temps (un chacun quand nos caprices portaient leurs fruits). Avoir des jeux sporadiquement nous incitait alors à les terminer en long, en large et en travers. Je ne me souviens plus quel est le premier auquel j’ai joué mais je me souviens que Super Mario Bros. 3 est le premier dont j’ai vu l’écran de fin.
Je sais en tout cas que je ne compte plus le nombre de fois où Secret of Mana a été inséré dans la Super Nintendo, tellement ce jeu transpire la perfection par tout les pores de sa cartouche.

i have nothing to playSi la passion pour les jeux vidéo ne m’a pas quitté (bien qu’à l’époque, je la considérais uniquement comme un passe temps), c’est sans surprise que je peux dire que j’ai grandi depuis.  Au même titre que c’est moi qui
m’achète les jeux dont j’ai envie. Et autant dire que c’est la porte ouverte à toutes les
fenêtres. Entre les sorties qui se font de plus en plus nombreuses chaque mois et les
supports qui se sont multipliés, je ne sais plus où donner de la tête. Gamins, mon frère et moi n’avions qu’une console en fonction de
l’actualité. Par là, il faut comprendre que l’actualité était celle qui figurait dans le catalogue de Noël et qui était entourée au marqueur indélébile, pour faire comprendre à nos parents notre volonté de la voir sous le sapin. Et c’était seulement les consoles Nintendo qui nous faisaient envie, les machines de feu SEGA en tant que constructeur étant celles dont disposait Vincent, notre voisin.

Aujourd’hui, les sorties sont donc plus nombreuses et les consoles aussi. Mes oeillères de fervent défenseur de Nintendo ne sont plus de la partie et Sony et Microsoft ont rejoint mes appartements. La magie d’Internet étant ce qu’elle est, payer son jeu 70 € au Micromania du coin n’est heureusement même plus envisageable. Entre la Fnac, Amazon, Steam et les sites d’import, trouver son jeu pour deux fois moins cher est devenu très facile. Il suffit de patienter quelques semaines pour que son prix de vente se voit diminuer. Et c’est justement de patience qu’il m’arrive de manquer parfois. Je suis comme qui dirait un acheteur compulsif. Il m’arrive d’acheter plusieurs jeux à la fois et d’en arriver à ne pas savoir lequel ouvrir en premier alors que d’autres sont encore sur le feu.

En effet, lorsqu’un jeu que je veux sort, je l’achète et le commence. Jusque là tout va bien. Quand celui-ci n’est pas terminé et qu’un jeu qui m’intéresse est disponible, je saute généralement dessus, et celui entamé se voit être mis de côté pendant une durée que je ne connais moi-même. Je pourrais très bien jongler entre les deux mais cela dépend du genre de ces derniers. J’ai eu la mauvaise idée une fois de faire deux RPG en même temps (Blue Dragon et Eternal Sonata) et j’étais totalement largué quand je passais de l’un à l’autre. Pour ne pas reproduire cela, je fais donc en sorte de varier les genres de jeux quand j’en ai plusieurs en cours.

jeux vidéoC’est ce qui m’arrive en ce moment. Alors que j’ai acheté Kingdom Hearts HD 1.5 ReMIX sur PS3 en septembre dernier, je l’ai
commencé le jour même de sa réception.
Le lendemain, c’est GTA V qui était dans ma boîte aux lettres et qui a donc éclipsé le
remake du crossover entre Final Fantasy et Disney. J’aurais pu faire les deux en même temps mais les RPG comme Kingdom Hearts (action-RPG dans ce cas-ci) sont des jeux qui doivent être appréciés en ne jouant à rien d’autre en même temps. Moins d’un mois plus tard, c’est Pokémon Y qui est sorti et qui a mis de côté tout les jeux parus dans le commerce, les monstres de poche et moi étant une histoire d’amour depuis 1998.

Une fois le titre de Rockstar terminé, j’aurais pu me remettre aux aventures en HD de Sora, Donald et Dingo mais j’ai acheté Super Mario 3D World, Tearaway et Disney Infinity. On était alors en décembre et Pikmin 3 s’est vu être sous le sapin. J’ai fait les trois premiers jeux cités en même temps, en laissant celui commencé en septembre de côté. Tellement que je n’ai pas hésité à le prêter à un ami. Durant ce laps de temps, Super Mario Galaxy 2, que j’avais commencé en juin, a été terminé huit mois après l’avoir commencé. Sans commentaire. Nous sommes en mars et je n’en ai pas encore vu l’écran de fin de Kingdom Hearts. J’ai acheté Donkey Kong Country
Tropical Freeze il y a deux semaines maintenant et je l’ai terminé il y a quelques jours. J’étais parti pour boucler Kingdom Hearts le week-end dernier mais un boss m’a donné pas mal de fil à retordre et j’en ai jeté la manette contre le mur. Perdre une fois ça va, c’est au bout de plusieurs défaites que ça ne devient plus possible. Résultat des courses, le stick gauche et le bouton R1 se voient être hors service. Je ne peux donc plus déplacer mon personnage correctement et cibler mes adversaires. Autant dire les boutons les plus importants dans le jeu.

J’ai donc reporté mon achat de South Park : Stick of Thruth pour acheter une nouvelle manette. Guillaume, un ami, m’a indiqué en avoir une qui traîne et qu’il pourra, dans la mesure où il n’a plus de PS3 depuis l’achat de la PS4, me la donner. Difficile de dire non. L’achat de South Park SOT se fera tout de même ultérieurement, le titre étant un RPG. Quoiqu’il en soit, il va falloir que je termine Kingdom Hearts avant le 21 mars prochain, date à laquelle le remake HD de Final Fantasy X et X-2 sort enfin en Europe. S’il s’agit aussi d’un jeu de rôle, il est pré-commandé depuis août 2013. Dire que je l’attends est un euphémisme. Bien que, comme Kingdom Hearts, j’avais déjà fait le jeu dans sa version d’origine, il me tarde de le refaire. Un remake en chasse un autre en quelque sorte.

J’ai accumulé plus de jeux qu’il n’en faut et il faut que je les termine, ne serait-ce que pour justifier leur achat. Je suis un joueur plus qu’un collectionneur donc cela va de soi. Je pourrais bien ne plus en acheter pendant un bon moment mais difficile de résister aux tarifs
alléchants de certains d’entre eux ou alors de ne pas craquer tant les bons jeux affluent. Et je ne parle même pas du PS+ qui propose des jeux tout les mois dans le simple but d’occuper le disque dur de ma PS3. Actuellement, ce sont une vingtaine de jeux qui n’ont pas
encore été installés mais qui sont là si je voulais jouer à autre chose. Les adages « mieux vaut prévenir que guérir » ou « reculer pour mieux sauter » version vidéoludique en somme.